Vous vous apprêtez à quitter Moncoeur-sca.be.

Vous vous apprêtez à quitter le site moncoeur-sca.be d'AstraZeneca Belgique. Les liens que nous publions sur notre site sont choisis avec soin. Cependant, nous attirons votre attention sur le fait que le contenu, les produits ou informations repris sur des sites tiers ne sont pas la propriété d'AstraZeneca Belgique et, ne sont donc pas contrôlés par AstraZeneca Belgique. Par conséquent, nous ne donnons aucune garantie, ne prenons aucune responsabilité et ne faisons aucune déclaration à propos de ces tiers, leurs produits ou services, la nature ou le contenu de leur site web et leurs politiques et pratiques en matière de protection des données personnelles.

 

Témoignages

« La réadaptation cardiaque est la meilleure chose que j’ai faite. »

Marc, 56 ans, affirme que les séances de réadaptation cardiaque lui ont redonné confiance pour avancer dans la vie.

L'infarctus du myocarde de Marc est vraiment arrivée de manière inattendue. C’était il y a 11 ans, alors qu’il avait 56 ans. Un matin à 9h15, alors qu’il était au travail, Marc a commencé à se sentir bizarre. Avant la pause de midi, il était déjà à l’hôpital. Diagnostic : infarctus du myocarde. Le traitement par angioplastie a consisté à placer quatre stents dans trois de ses artères.

« Je suis resté hospitalisé cinq jours », explique Marc. Il a ensuite pu rentrer chez lui mais il devait aller voir son généraliste et veiller à marcher suffisamment. Heureusement son épouse, Marguerite, avait entendu parler d’un programme de réadaptation cardiaque dans leur hôpital local.

« C’était vraiment formidable. Nous avions des discussions sur les médicaments et l’alimentation et faisions des exercices à chaque séance » se souvient Marc. « Tout le monde était examiné et chaque séance commençait par des exercices très simples. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point un infarctus du myocarde vous affaiblit. Le lendemain, j’ai dit à Marguerite « Viens, allons nous balader », mais nous n’avons même pas atteint le bout de l’allée. »

« J’étais étonné de voir à quel point ma mobilité s’était détériorée. »

Marc a commencé en douceur. Chaque jour, il faisait cinq pas de plus. Il se rendait aussi chaque semaine aux séances de réadaptation. « Au cours des exercices de réadaptation, nous avons appris comment soulever et déplacer les choses de la bonne manière, comme suspendre le linge par exemple. Nous avons commencé à courir sur place et à nous exercer avec des haltères. Au terme du programme, j’étais surpris de voir à quel point j’avais retrouvé ma mobilité et ma confiance en moi. »

« L'infarctus du myocarde de Marc fut pour nous deux un coup dur», explique Marguerite. « Le choc fut tellement rude. Le programme de réadaptation nous a tous deux redonné confiance dans le fait que la vie peut continuer. »

Depuis cette première séance de réadaptation, Marc et Marguerite se rendent 3 fois par semaine à l’entraînement de réadaptation cardiaque. « Nous commençons par un échauffement de 15 minutes avant de passer au circuit d’entraînement : une demi-heure de vélo, poids, step, marche, fentes, rameur et accroupissements, et ensuite 10 minutes d’étirements pour récupérer, » explique Marc, âgé aujourd’hui de 67 ans. « Marguerite et moi y allons ensemble et nous nous encourageons mutuellement. »

« Marguerite et moi allons désormais nager tous les jeudis. Je fais le tour du village à pied chaque matin et je fais tous les jours 10 minutes de vélo d’appartement. Nous avons voyagé aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hong Kong et à Singapour. En Nouvelle-Zélande, toutes les balades nous obligeaient à monter. Si je n’avais pas suivi ces séances, je n’y serais probablement pas arrivé. Mais je sais que je suis capable de marcher, je sais quand je dois m’arrêter et me reposer et quand je peux repartir. »

« Grâce à ces séances de réadaptation, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas grand-chose que l’on ne puisse pas faire après un infarctus du myocarde. »

Retour à la liste des témoignages